marketing-

Dans le cadre de déplacements d’ordre professionnel, les sociétés en Belgique se servent des autoroutes. Ces derniers rencontrent en général des coûts déductibles des résultats imposables des entreprises. Dans ce cas, les péages font l’objet de récépissé. Ces structures ont également de choix de s’orienter vers des formules de télépéage spécifique qui génèrent à la fois une location de badge, un abonnement et bien évidemment un dépôt de garantie. Cet article présente un aperçu concernant les opérations comptables dédiées aux tickets et reçus de télépéage et de péages.

Comptabilisation de la quittance délivrée à une barrière de péage

Le fait de passer au poste de péage engendre une transaction. En général, cette dernière doit faire l’objet d’un traitement comptable que l’expert comptable à Saint-Gilles, Ixelles ou à Bruxelles doit comptabiliser dans un journal d’achats. Il débite en effet le compte « TVA déductible sur autres biens et services » et crédite le compte « fournisseurs ».

Une fois que le règlement de compte en espèces effectué, le professionnel du chiffre enregistre l’écriture comptable dans un journal de caisse. Dans ce sens, il est amené à débiter le compte « fournisseurs » et créditer le compte « caisse ».

Dans le cas où l’annotation est réglée par le biais de la carte bancaire, plus précisément dans un journal de banque, le comptable chevronné à Saint-Gilles et dans d’autres villes de Belgique débite le compte « fournisseur » et crédite le compte « banque ». Quand les reçus de péage sont abondants, il est judicieux de les regrouper dans une seule note de frais ou d’une facture globale tout en les additionnant. L’ensemble des pièces justificatives doivent être agrafées, annotées, conservées au dossier principal durant 6 ans au moins.

Les démarches de déduction de la TVA

Depuis de nombreuses années, les péages suivent un certain nombre de règles associées à la TVA. Chaque société en Belgique est en effet autorisée à récupérer cette taxe sur la valeur ajoutée. Cela n’est pourtant possible que lorsque cette TVA figure sur le reçu ou la facture. Il s’agit d’une mesure de simplifiée qui assimile le récépissé à une facture. Ces justificatifs doivent être conservés au moins pendant une durée de six années après la date de traitement figuré sur les registres.

Toutes les sociétés se trouvent obligées de remplir la partie de l’acquit surtout le verso. Elles doivent compléter le nom ou raison sociale de l’utilisateur, l’adresse ou lieu du siège social, le numéro d’immatriculation de la voiture ayant roulé sur les barrières, le nom de l’usager de la voiture, l’objet du déplacement, etc. Aussi, les frais, indispensable à l’exploitation par le comptable à Saint-Gilles, doivent être engagés dans l’intérêt de chaque structure.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *