Les essentiels des plats malagasy
0 5 minutes 3 mois

Lors de votre voyage à Madagascar, vous pouvez expérimenter plusieurs aventures. L’une des plus recommandées est l’aventure culinaire. Ce pays, étant une île à la jonction de diverses cultures, a hérité des savoir-faire des étrangers qui y sont passés. L’art gastronomique local présente des traces de la cuisine africaine, asiatique et européenne. Il a aussi ses spécialités. Voici plus d’infos.

Le riz : la base de la nourriture malgache

Au moins, les Malgaches mangent deux plats de riz ou du vary en langue locale, par jour. Certains prennent une assiette de riz pour tous les repas (le petit déjeuner, le déjeuner et le diner). Il y a deux manières de cuisiner le riz. Pour le petit déjeuner et des fois le diner chez certains Malagasy, c’est le vary sosoa. Il s’agit d’un plat de riz gluant, similaire au potage. Au déjeuner et souvent pour le diner aussi, c’est toujours le vary maina. Cette fois, le riz est sec et sans jus. Dans les deux cas, il faut toujours du laoka (un plat salé à base de viandes, de brèdes, de légumes, de poissons, de volailles, etc.) pour accompagner le riz. Avec le vary sosoa, les locaux aiment l’omelette, l’œuf au plat, le kitoza (de la viande séchée et cuit au feu de bois ou poêlé), etc. Ils peuvent aussi prendre leur vary sosoa avec des mets sucrés comme la cacahuète pillée, le lait sucré, etc.

Il est possible de commander ces plats de riz dans les restaurants divers. Il est aussi possible de faire une commande de plat malagasy en ligne et se faire livrer dans son hôtel.

Les laoka : un plat salé

Comme étant déjà dit, le laoka est un plat salé qui peut être composé de plusieurs ingrédients. Il peut être un mijoté de viandes, de poissons, de volailles ou de légumes ou encore une soupe, un potage, etc. Les locaux peuvent aussi faire des préparations improbables et mélanger de divers ingrédients. Il y a cependant certains laoka qui ont fait la renommée de la cuisine Malagasy. En voici quelques exemples :

  • le romazava : il s’agit d’un mets traditionnel connu depuis l’époque royale. À la base, l’assiette présente des viandes de bœuf, des fruits de mer et surtout du brède mafana ou anamalaho. Elle peut aussi être préparée avec de la volaille dont principalement le poulet malgache.
  • le ravitoto : ce plat est constitué de feuilles de manioc pillées. Elles sont habituellement accompagnées de viandes de porc ou de bœuf bien grasses. Pour rehausser le gout, les locaux ajoutent du gingembre et de l’ail dans la préparation.
  • le hen’omby ritra : c’est également un plat traditionnel aimé depuis la royauté. Il est essentiellement constitué de viande de bœuf gras et bien tendre incluant la bosse de zébu. La viande est cuite pendant plusieurs heures et elle est assaisonnée d’ail et de gingembre.

Les épices : des éléments très appréciés

Comme le pays est un grand producteur d’épices dont le poivre, le girofle, la cannelle, le poivre sauvage et la vanille, les Malgaches en sont friands. Ils les utilisent dans presque tous les plats. Ils adorent aussi le sakay ou piment. Ils les prennent avec du lasary (salade de légumes, de fruits ou mélange des deux) ou avec les plats lors des repas. Certaines épices sont utilisées pour aromatiser les boissons (jus de fruits de saison, rhum arrangé, punch, etc.) et les desserts (le mokary qui est une sorte de beignet à base de farine de riz et de lait de coco, les gâteaux, les beignets sucrés, le koba qui est le gâteau national, les glaces, etc.). C’est le cas de la cannelle et de la vanille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *